fb-image

Les antennes 5G portent moins loin que leurs homologues 4G

Les collectifs anti-antennes mobiles risquent d’avoir du pain sur la planche à compter de 2020. Les fronts à défendre se feront de plus en plus nombreux pour les militants qui refusent l’installation des antennes mobiles pour une question de santé publique ou de préservation des paysages. En effet, les antennes 5G portent bien moins loin que leurs homologues sous technologie 4G. Il se murmure qu’il faudrait alors installer quatre fois plus d’antennes 5G que d’antennes 4G pour couvrir la même superficie. Du moins, en zone rurale.

Cela est dû au fait que la technologie 5G est basée sur les fréquences radios des bandes 3,4 à 3,8 Ghz. Là où la 4G peut être diffusée via les bandes de fréquences 700 Mhz, 1800 Mhz, 2100 Mhz et 2600 Mhz. Vous ne voyez pas le rapport ? C’est normal. En effet, il faut comprendre avant tout qu’au plus une fréquence radio est haute, alors au plus cette dernière fournie des débits importants mais au moins l’onde est diffusée loin. Et je ne vous parle même pas de la pénétration des ondes à l’intérieur des bâtiments qui se révèlent très compliqué pour les fréquences hautes.

Il ne faut donc pas avoir fait math sup’ pour comprendre que les opérateurs font alors face à un problème de taille : le nombre d’antennes qu’il va falloir installer pour couvrir le territoire français. Ce dernier devra être incroyablement plus important que les celui des antennes 4G si les opérateurs veulent fournir à leurs clients une couverture réseau 5G similaire à celle de la 4G, qui rappelons-le n’est déjà pas au top niveau dans certaines villes.

En revanche, la diffusion des ondes est plus précise

On parle de précision de sorte que les ondes émises par les antennes 5G sont moins diffusent que celles de leurs petites soeurs qui envoi de la 4G. En effet, les antennes 4G « arrosent » tout l’espace disponibles autour d’elles, sans se préoccuper de savoir si un appareil mobile demande la réception de données ou non. C’est la que la technologie 5G est plus intelligente et plus précise, puisqu’elle n’émettra d’ondes qu’a certains appareils qui en font la demande, et de manière ciblée. La perte de paquets et l’engorgement du réseau sera alors bien moins important, malgré une augmentation considérable des débits et donc des données transférées.

Diffusion des ondes 5G Diffusion des ondes 4G versus 5G

Cette précision induit automatiquement une baisse de la consommation d’énergie par antenne. En effet, les antennes ne s’activent alors que pour un appareil donné pour une tâche donnée, ce qui évite la diffusion d’ondes gourmandes en énergie, 24 heures sur 24, dans toutes les directions et souvent pour rien. Pas de miracle en revanche sur le bilan énergétique global de 5G par rapport à la 4G : étant donné qu’il faudra équiper la France avec près de 4 fois plus d’antennes, la consommation d’électricité lié à cette nouvelle technologie ne peut qu’augmenter. Certains spécialistes parlent d’une consommation énergétique 1,8 à 2,3 fois plus élevée que pour la 4G…

Bref, nous souhaitons bon courage aux opérateurs mobile qui devront faire preuve d’une grande démagogie pour éviter la multiplication des actions de blocages lors de l’installation des antennes relais dans les villes et villages. La solution pour ne pas entacher de trop le paysage se trouve peut-être dans l’installation d’antennes 5G camouflés dans de la fausse végétation ? Free en est un véritable adepte. Les riverains peut-être un peu moins…

Une antenne relai camouflé dans un faux arbre

Antenne camouflée dans un faux arbre

Antenne relai camouflée dans un faux dernier étage

Antennes camouflée dans un faux dernier étage